New Economist
Logo

ARTICLES

Crowdfunding : Enfin la finance directe ?

Logo

Crowdfunding, derrière ce mot difficile à prononcer pour nous francophones se cache en fait un concept très simple : le financement par les foules, ou financement participatif. Qu'est-ce que c'est ? Le principe est, via une plate-forme Internet, de faire financer un projet directement par des particuliers ou professionnels, moyennant une contrepartie.

Vous avez certainement déjà vu ou même participé à ces appels à financement dont les liens fleurissent sur internet. De nombreux sites existent, aussi bien en France qu'à l'étranger. Le plus connu chez nous est sans conteste MyMajorCompany, qui grâce aux dons des internautes a réussi à faire émerger des chanteurs au succès indéniable tels qu'Irma, Joyce Jonathan ou encore Grégoire. Néanmoins, il existe d'autres sites qui ciblent des domaines beaucoup plus variés que la simple industrie musicale. On peut citer les leaders du secteur en France, Ulule, KissKissBankBank ou encore Wiseed ainsi que le leader international américain KickStarter.

Ces plate-formes proposent la plupart des modes du financement participatif. En effet, on peut y retrouver du financement par dons, par prêts rémunérés ou non ou encore par levées de capitaux.

Néanmoins, malgré l'essor croissant du Crowdfunding, peu d'outils sont réellement adaptés à ce système. Malgré cela, on peut noter un intérêt grandissant du Gouvernement qui tente de légiférer afin de favoriser cette manière de financer l'économie réelle. Nous verrons ensuite comment le financement participatif permet le financement direct sans passer par un établissement bancaire.

Une législation en voie d'adaptation

En France, la législation confère aux banques un monopole pour toutes les opérations bancaires1 existantes. Ainsi, avant 2014, les plates-formes de crowdfunding pouvaient recueillir des dons ou des prêts gratuits uniquement à destination d'organisations à but non-lucratif, via un mécanisme de dérogation intégrant un système juridique assez complexe.

Le seul moyen de se financer pour les entreprises était donc d'utiliser le crédit bancaire ou l'émission de titres (actions ou obligations) sur les marchés financiers. Des moyens assez « traditionnels », en somme, nécessitant en pratique l'intermédiation bancaire.

Cependant, depuis la loi du 2 janvier 20142, habilitant le gouvernement à simplifier et sécuriser la vie des entreprises, la donne a changé. En effet, cette loi permet au gouvernement de prendre des mesures réglementaires (par voie d'ordonnance) afin d'appliquer les articles du texte, dont une des thèses majeures est la facilitation du financement participatif. Le Crowdfunding est enfin reconnu à sa juste valeur : c'est un nouveau mode de financement pour les projets de particuliers et les jeunes entreprises.

C'est une ordonnance du 30 mai 20143 (entrée en vigueur le 1er octobre 2014) qui prend des mesures concrètes afin de favoriser ce mode de financement novateur. Les mesures prises ont plusieurs buts. D'abord, supprimer le monopole bancaire sur les prêts rémunérés : les particuliers peuvent donc financer des projets en prêtant de l'argent contre un intérêt dans la limite de 1 000 € par investisseur et 1 000 000 € par projet.

Ensuite, la loi rend possible la création d'un « statut de conseillers en investissements participatifs pour les plate-formes qui proposent des titres aux investisseurs » (crowdequity), comme Wiseed, et un statut d'intermédiaire en financement participatif pour les plates-formes qui proposent aux particuliers des financements sous formes de prêts rémunérés ou non.

Les conséquences du court-circuitage des banques

On le sait, depuis la fin du XIXème siècle, les banques jouent un rôle crucial dans notre économie. En effet, elles sont le relais de la croissance et se posent en tant que principal financeur des petites et moyennes entreprises. Les épargnants, c'est-à-dire les particuliers, confient leur argent à la banque dans l'attente d'une rémunération future de leur épargne. Pour rémunérer les épargnants, les établissements bancaires prêtent cet argent moyennant un taux d'intérêt. C'est ce qu'on appelle l'intermédiation bancaire, ou la finance indirecte.

Cela dit, les épargnants n'ont aucune idée du secteur dans lequel leur argent est investi. Or, la majorité des banques cherchent des investissements fiables et rentables, ce qu'elles ne peuvent obtenir que des grandes entreprises. Ainsi, ces organismes n'investissent pas assez dans l'économie réelle et locale, ce qui pose problème pour relancer la croissance.

Or, grâce au Crowdfunding, nous n'avons plus besoin de passer par les banques pour rémunérer notre épargne. Nous pouvons simplement investir directement dans des projets qui nous tiennent à cœur, dans les entreprises dont on veut la réussite. Suivant le site utilisé, on peut simplement prêter de l'argent, en donner, ou même devenir actionnaire...

On peut se réjouir de cette nouvelle forme de financement qui pourrait concurrencer à terme les banques, principaux intermédiaires de financement de l'économie. En effet, nous avons constaté avec la crise de 2008 et la recherche à tout prix du profit par la spéculation, que les banques peuvent participer à la défaillance de notre système, et que, estiment certains, la libéralisation du marché des actifs financiers risque parfois de mener à des dérives malsaines pour l'économie.

Mais peut-on vraiment espérer un changement dans le système global ? Le financement participatif représente une part pour l'instant infime de la finance mondiale... C'est donc, avec ou sans l'aide des Gouvernements, à chaque citoyen d'agir afin que le système puisse évoluer vers un capitalisme plus juste et plus responsable.

Aloël Favray

 

1 - Art. L.511-5 du Code monétaire et financier

2 - LOI n° 2014-1 du 2 janvier 2014 habilitant le Gouvernement à simplifier et sécuriser la vie des entreprises

3 - Ordonnance n° 2014-559 du 30 mai 2014 relative au financement participatif

Source image: 

https://www.ondeck.com/wp-content/uploads/2015/01/crowd-funding-keyboard-640x360.jpg

Vous devez être identifié pour pouvoir poster un commentaire

Il n'y a pas de commentaire pour ce sujet

Dernière NETV